La Mie Câline : une aventure entrepreneuriale accessible à tous les profils

entreprenariat_2

Tendance de fonds ou conséquence de la crise, plus d’un tiers des Français déclare aujourd’hui être prêt à créer sa propre entreprise, et 10% ont même en tête un projet concret de création[1]. Manque de ressources financières, freins techniques, procédures administratives trop lourdes, peur de la solitude ou de l’échec… nombreux sont les freins qui dissuadent cependant une grande partie d’entre eux de se lancer en solo. Solution parfois encore méconnue des candidats à l’entrepreneuriat, la franchise peut être une alternative rassurante et accessible, comme le montre le réseau de franchisés La Mie Câline.

Depuis 1985 et l’ouverture de son premier magasin, La Mie Câline régale les papilles des petits comme des grands. Ce réseau de franchisés, qui partagent le savoir-faire issu de la tradition familiale d’une lignée de boulangers vendéens, compte aujourd’hui plus de 200 magasins répartis sur l’ensemble de la France, et près de 2 000 collaborateurs. Beaucoup ne se destinaient pas aux métiers de la restauration, mais tous sont mus par un même désir : celui d’entreprendre tout en bénéficiant de l’expertise et de la visibilité d’un concept qui a fait ses preuves. Retour d’expérience de 3 franchisés aux profils et aux parcours atypiques.

 L’opportunité d’un changement de vie

 Retourner dans sa région d’origine, changer de métier, devenir son propre patron, travailler en couple : nombreuses sont les raisons qui poussent chaque année 79% des français à envisager un changement de vie[1]. La Mie Câline attache une attention particulière à l’accompagnement de ses franchisés, notamment dans le cadre d’un changement de vie professionnelle, grâce à son programme d’accompagnement à la reconversion. L’enseigne dispose de sa propre école de formation pour intégrer, former et faire évoluer ses franchisés, avec un objectif : faire réussir les entrepreneurs qui rejoignent son réseau. « Nous comptons parmi nos franchisés des personnes issues du domaine sportif, du monde du spectacle, d’anciens cadres d’entreprise… Ce qui compte avant tout, c’est qu’ils partagent notre vision, nos valeurs. les compétences elles, peuvent être transversales, quel que soit leur univers d’origine. » explique Claire Régent-Zuliani, Responsable Intégration de l’enseigne.

1]Sondage Opinion Way « Changer de vie », avril 2009

 

Natacha DECHANCE

Franchisée du magasin La Mie Câline de Royan (Charente-Maritime), anciennement administratrice dans le domaine de la culture. "J’ai pu mettre à profit mon expérience de l’administration d’une structure culturelle ainsi que de l’organisation de festivals musicaux, qui m’avaient apporté les compétences nécessaires pour être facilement opérationnelle dans la gestion du magasin et du personnel. La formation dispensée par La Mie Câline permet par ailleurs d’acquérir le savoir-faire technique complémentaire, tout en bénéficiant de l’accompagnement permanent d’un animateur régional qui est disponible pour nous apporter un œil extérieur, nous guider dans la mise en place des actions, et si nécessaire nous remonter le moral dans les moments difficiles".

 

Depuis quatre ans, La Mie Câline a ainsi modifié sa stratégie de développement en élargissant considérablement ses critères de sélection, afin de rendre le réseau accessible à des personnes issues d’horizons variés. Parmi les critères déterminants, on retrouve aujourd’hui en tête l’appétence pour le travail en équipe, le management, le sens du commerce mais aussi le goût pour l'entrepreneuriat associé à une véritable affinité métier/produits. Forte d’un parcours de formation qui a fait ses preuves, et d’un solide accompagnement par des experts, l’enseigne peut aujourd’hui valoriser une bonne gestion de ses magasins. Parmi les profils à succès, on retrouve notamment d’anciens managers, dont les compétences de gestion et d’encadrement, ainsi que les qualités relationnelles favorisent le développement des capacités à tenir un commerce de proximité. « Tandis que l’apprentissage technique, lorsqu’il est cadré et approfondi, reste accessible au plus grand nombre, il y a une réelle notion de « potentialité » à être un bon manager ou un bon gérant, qu’il est important de prendre en compte. » précise-t-elle.

 

Guillaume LEVOIR

Franchisé du magasin La Mie Câline de Vendôme (Loir-et-Cher), anciennement formateur au sein d'un CFA (Centre de Formation d'Apprentis). "Après avoir excercé dans le domaine de la vente et du commerce, mon expérience en tant que formateur dans un CFA a totalement changé ma façon d'aborder la gestion d'équipe, notamment avec les jeunes. Lorsque j'ai fait le choix de me  lancer en franchise avec La Mie Câline, j'étais en mesure de mieux comprendre les motivations, les inquiétudes de cette génération, son besoin de mise en confiance, ce qui me permet aujourd'huid'encadrer différemment mes salariés dans leur évolution. L'une des apprenties que j'accompagne au sein du magasin s'est d'ailleurs littéralement révélée, puisqu'à 17 ans, elle est aujourd'hui la meilleure vendeuse de l'équipe. C'est la capacité d'être à l'écoute qui a finalement fait la différence."

 

Un réseau tourné vers l’avenir 

La Mie Câline s’illustre  par le soutien et l’encadrement qu’elle apporte à ses franchisés. Résolument tournée vers l’avenir, l’enseigne a su faire évoluer ses pratiques et proposer aux franchisés des méthodes de travail participatives et collaboratives. Challenges, groupes de travail : les franchisés sont régulièrement impliqués dans l’évolution du réseau, à travers une démarche de co-construction.

Le profil des franchisés change également : « Par le passé, les candidats à la franchise étaient majoritairement des couples. Aujourd’hui, nous avons une proportion équivalente de personnes seules et de couples. » explique Claire Régent-Zuliani. La Mie Câline mise également sur les jeunes franchisés : « De plus en plus de jeunes poussent aujourd’hui notre porte ; nous avons à cœur d’être ouverts à ce type de profil, et d’adapter notre démarche en conséquence ». Dans les deux cas, les franchisés ont un réel besoin d’accompagnement, problématique à laquelle a pensé l’enseigne : « L’aide au démarrage, et notamment la recherche du local, la formation initiale et la recherche de financement, reste notre atout indéniable, et illustre la volonté continue du réseau d’accompagner au mieux les franchisés dès leur intégration. Par la suite, nous mettons un point d’honneur à permettre aux franchisés de maintenir une marge pertinente, tout en restant à leurs côtés jour après jour dans la gestion et le développement de leur activité pour s’assurer de la réussite de leur projet, comme l’illustre notre  devise : « y être bien, en vivre bien »  » conclut-elle.

Romain LALANZA et Julie COMBET

Franchisés du magasin La Mie Câline de Valence (Drôme), jeunes franchisés. "A 25 ans, nous avons décidé de nous lancer un défi en devenant nos propres patrons. Notre choix s'est rapidement porté sur La Mie Câline, concept à l'épreuve du temps qui nous a réservé un bon accueil malgré notre jeune âge. Nous y avons trouvé le soutien et le sérieux que nous recherchions : un an et demi de construction de projet, de formation et de perfectionnement, ainsi qu'une aide au démarrage qui nous a permis de compléter l'apport que nous avions réuni avec l'aide de nos familles, et de concrétiser notre projet en reprenant le magasin de Valence. A terme, nous aimerions poursuivre l'aventure et devenir multi-franchisés, afin de nous épanouir dans le métier de gestionnaires et d'aménager nos emplois du temps pour fonder notre famille".

 

[1]  Selon le Baromètre Envie d’Entreprendre 2015 réalisé par Idinvest en partenariat avec le Figaro Economie

[2]Sondage Opinion Way « Changer de vie », avril 2009

Retour